Vide et plein

Vide et plein

L'objet que se donne la peinture chinoise est de créer un microcosme, "plus vrai que la Nature elle-même" (Tsung Ping) : ceci ne s'obtient qu'en restituant les souffles vitaux qui animent l'Univers ; aussi le peintre cherche-t-il à capter les lignes internes des choses et à fixer les relations qu'elles entretiennent entre elles : d'où l'importance du trait. Mais ces

lignes de force ne peuvent s'incarner que sur un fond qui est le

Vide. Il faut donc réaliser le Vide sur la toile, entre les éléments et dans le trait lui-même. C'est autour de ce Vide que s'organisent toutes les autres notions de la peinture chinoise ; celles-ci forment un système signifiant auquel François Cheng est le premier à appliquer une analyse sémiotique. Son commentaire est enrichi par d'amples citations et des reproductions.

 

François Cheng

 Ecrivain, a été professeur des Universités de l'INALCO. Membre de l'Académie Française. Il est notamment l'auteur, au seuil, de l'Ecriture poétique chinoise (1977, "Points Essais", 1996) et de Souffle-Esprit (1989, "Points Essais", 2006).

Écrire commentaire

Commentaires: 0

        Prochainement 

  Atelier

"comment donner du QI au mouvement"

 SAMEDI 5 octobre  

de 9h à 12h

complet

 

Atelier

Calligraphie chinoise

SAMEDI 12 octobre 

de 14h à 17h

  

Enseignante : Isabelle Marcuzzi professeur diplômée CQP ALS

Qi Gong thérapeutique

Membre de la fédération des enseignants de Qi Gong FEQGAE

Siret : 834889487

Partager votre site

Copyright © 2017

L'Esprit du Geste -

Toute reproduction interdite